L'équipe Enyi nous présente son projet!

 

L’appli Enyi permet à chacun de connaître son empreinte environnementale, de découvrir des alternatives adaptées à son propre mode de vie et de suivre ses progrès. 

Présentez-nous l'équipe

Nous sommes trois étudiants de l'Université de Technologie de Compiègne (UTC), concernés par la crise environnementale et ayant choisi d’agir en créant Enyi. A travers ce projet, Louise Eon continue l’aventure démarrée au sein de l’association « Compiègne en Transition » visant à impulser la transition écologique et sociale sur le territoire. Antoine Marquis, passionné du développement d’applications et des sciences des données, est également actif dans le milieu associatif pour sensibiliser au changement climatique. Séraphin Michel-Stahl, spécialisé dans l’hydrologie urbaine, développe le modèle de calcul d’empreinte environnementale pour l’outil.    

Comment est né ce projet ?

Par rapport à l’ampleur de la crise, les citoyens ont souvent le sentiment d’être impuissants et démunis. Même nous, qui depuis plusieurs années nous sommes orientés vers un mode de vie plus éco-responsable, en consommant moins de viande, moins d’emballages ou encore moins d’avion, nous savons qu’il est difficile de déterminer les actions les plus vertueuses et de rester motivé, lorsqu’on ne peut pas se rendre compte de l’impact des efforts réalisés. Enyi va donc répondre à ce besoin, en mesurant à la fois l’impact des activités individuelles et les progrès concrets.  

Comment Enyi permet de réduire l’impact environnemental des activités humaines grâce au numérique ? 

Nous avons fait le choix d'une application, afin que notre outil soit accessible à tous et facile d'utilisation, tout en réalisant des calculs complexes, agrégeant une très grande quantité de données. Elle est construite selon une logique de sobriété numérique : par exemple, sans stocker des données non nécessaires. 

Dans l'empreinte environnementale du secteur numérique, en pleine croissance, l'impact le plus important est celui du renouvellement d'appareils électroniques, par rapport à l'augmentation du flux des données. La majorité d'entre nous possédant déjà un smartphone, nous pensons que l'impact environnemental négatif de notre outil sera négligeable par rapport aux impacts positifs liés aux changements d'habitudes des utilisateurs.

Quelle ambition pour ce projet dans 5 ans ?

Nous souhaitons que l’outil Enyi s’inscrive dans la démarche nationale d’affichage environnemental actuellement impulsée par l’Agence de la transition écologie (ADEME), pour devenir une référence environnementale ! Nous envisageons de développer des partenariats avec des grandes surfaces, afin de compléter et d’affiner nos bases de données. Et pour aider à la formation, dans les écoles et auprès du grand public, aux enjeux environnementaux, nous aimerions travailler avec des écoles et des associations leader de cette pédagogie, comme La Fresque du Climat et 2tonnes.  

Quelle est la figure entrepreneuriale qui vous inspire ?

Sans hésitation, les fondateurs de Yuka, parce qu’ils sont partis d’un principe simple : la transparence appliquée à l’amélioration de la santé de consommateurs, à travers le décryptage des étiquettes des produis alimentaires et cosmétiques. Leur application permet ainsi à des millions de consommateurs de faire des choix plus éclairés au quotidien. Nous souhaitons nous inspirer de leur démarche dans le développement de notre projet.