L'équipe INSECTA nous présente son projet!

 

Accompagner les acteurs de l’entomoculture pour améliorer la production d’insectes, grâce à l’intelligence artificielle, afin de réduire considérablement l'empreinte carbone de l’industrie agroalimentaire. 

 

 

Présentez-nous l'équipe

Nous sommes quatre étudiants en dernière année l’ECE (Ecole Centrale d’Electronique) Paris. Diana Ortiz, la cheffe de projet, souhaite fonder une entreprise dans le secteur de la tech, avec du sens et l’ambition de réduire l’empreinte carbone de l’agriculture. Adrien Leblanc, spécialisé dans les systèmes embarqués, veut transformer ses convictions en actions grâce à INSECTA. Kathleen Rouland, spécialisée dans les systèmes d’informations, est sensible à l’impact environnemental mais aussi à la cause animale. Enfin, Valérie Patureau, spécialisée dans le big data, croit au mariage entre technologie et environnement, modernité et humanité. 

Comment est né ce projet ?

A l’origine, INSECTA est né d’un projet étudiant utilisant le numérique pour répondre à l'enjeu de société incontournable aujourd’hui qu’est le défi climatique. Chacun d’entre nous se sent concerné par le futur de la planète. Ayant constaté que l’une des premières causes du réchauffement climatique est la production de viande, nous cherchons à en diminuer l’empreinte carbone, tout en augmentant la production de nourriture grâce aux insectes et en prenant en compte le bien-être animal. 

Comment INSECTA permet de réduire l'impact environnemental des activités humaines grâce au numérique ?

Saviez-vous que la production d'1 kg de viande nécessite 8 kgs de nourriture, tandis que la même quantité d'insectes comestibles en nécessite seulement deux ? Pour soutenir la filière agro-alimentaire en minimisant son impact environnemental, nous souhaitons contribuer au développement de l’entomoculture, c’est-à-dire l’élevage d’insectes.  Pour cela, nous utilisons le “deep learning”: le programme de contrôle de la production va apprendre de lui-même, en corrigeant et optimisant en permanence son fonctionnement. Notre projet s’inscrit également dans une démarche d’économie circulaire, en visant le recyclage maximal des déchets.   

Quelle ambition pour ce projet dans 5 ans ?

A terme, nous voulons travailler en partenariat avec des entreprises, pour présenter une alternative, équilibrée et en quantité suffisante, afin de garantir l’accès à une alimentation riche en protéines pour les dix milliards d’humains qui peupleront la Terre d’ici 2050. Un gros challenge, nous le savons, sera de faire évoluer les mentalités, mais nous sommes persuadés que les insectes sont “la” solution de remplacement de la viande grâce à leurs qualités nutritionnelles.

Quelle est la figure entrepreneuriale qui vous inspire ?

Nous avons surtout une image de l’entrepreneur idéal que nous souhaiterions chacun devenir : celui ou celle qui n’abandonne jamais ses idées et s’investit pleinement dans son projet, quel que soient les obstacles rencontrés. Toujours guidé par l’éthique, il se doit de ne pas créer de nouveaux problèmes, mais plutôt de résoudre les problèmes existants. Un visionnaire, prêt à prendre des risques pour servir la société et donc les autres.