L'équipe d'Eye Scan nous présente son projet!

 

Guider et assister les personnes malvoyantes tout au long de leurs courses en supermarché, grâce à un boîtier utilisant l’intelligence artificielle pour repérer les informations sur les produits et les retransmettre via un écouteur connecté. 

 

Présentez-nous l'équipe

Nous sommes cinq étudiants en 3eme année à l’Ecole d’ingénieurs Léonard-de-Vinci (ESILV) à La Défense, en région parisienne : Julie, Henri, Lise, Julien et Titouan. 

Comment est né ce projet ?

Nous avons créé Eye Scan pour le Prix Entreprendre pour demain, au service des mal ou non-voyants. C’est en faisant ses courses, comme à son habitude, que l’un de nous s’est demandé comment permettre une plus grande autonomie à ces personnes lors de leurs achats. Ainsi est née notre volonté de trouver une solution pour les guider dans les grandes surfaces, afin de faciliter leur expérience au quotidien. 

Comment Eye Scan allie numérique et lutte contre les fragilités humaines ?

Notre produit utilise l’intelligence artificielle pour aider les personnes malvoyantes à repérer les objets qui les entourent et fournir des informations telles que textes, prix ou encore code-barres. Le but est de favoriser l’indépendance des personnes malvoyantes et lutter ainsi contre cette fragilité humaine, qui touche aujourd’hui plus d’un million de Françaises et Français. 

Quelle ambition pour ce projet dans 5 ans ?

Nous devons encore optimiser notre produit et améliorer au maximum son accessibilité, grâce aux retours utilisateurs, mais avant tout, notre objectif est de le proposer à un prix abordable.

L’une de nos prochaines étapes est de mettre en œuvre une délocalisation des fonctionnalités du boîtier, en créant une application pour smartphone, pour accéder aux données directement sur l’application. Nous explorons également des partenariats commerciaux, avec des acteurs de la grande distribution notamment.

Dans cinq ans, nous aimerions que le produit soit disponible chez les ophtalmologues et dans les pharmacies afin de toucher un grand nombre d’utilisateurs. Nous étudions même la possibilité de l'inscrire sur des prescriptions, comme avec les prothèses auditives. Et parce que nous savons que le futur recèle d’opportunités, nous nous appuierons aussi sur l’évolution de nos connaissances et de la technologie pour développer de nouvelles idées ! 

Quelle est la figure entrepreneuriale qui vous inspire ?

C’est Lucie Basch, fondatrice de Too Good To Go, l’application qui redistribue les invendus des commerces alimentaires. Notre projet va dans le même sens que son innovation, qui répond à un problème social concret. Nous apprécions aussi sa vision de la gouvernance d’entreprise, articulée autour des principes d’horizontalité et de localité, qui bouscule les méthodes traditionnelles !